VŒUX DE LA FÉDÉRATION DU CALVADOS DU PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS DECLARATION DE Jean LEBON Secrétaire départemental


6 janvier 2012

Télécharger

Déclaration de Jean Lebon Secrétaire de la Fédération du calvados du PCF

Mesdames, messieurs, Chers amis, chers camarades,

C’est toujours un bonheur de vous voir si nombreux, rassemblés ici à la Maison des communistes, dans la diversité. Je vous adresse mes meilleurs vœux au nom de la direction départementale, pour l’année qui commence. Je n’oublie, rien, et vous non plus, des difficultés qui assaillent notre peuple, des crises et des drames que traversent en ce moment notre pays, l’Europe et le monde.

Face à la chape de plomb du système qui étouffe notre société, face à ce qui fait souffrir tant de nos concitoyens – ces premiers jours de janvier me confortent dans une conviction : L’année 2012 sera celle où nous disons, « Oui, l’espoir est permis ! » Nous sommes des millions dans le pays à n’en plus pouvoir du monde dans lequel on nous enferme, à vouloir que ça change enfin. Nous sommes des millions à ne plus supporter la politique que nous infligent, depuis cinq ans, Nicolas Sarkozy, la droite et le grand patronat. Mais il est aussi des millions d’entre nous à avoir douté, à douter parfois encore, qu’il soit réellement possible d’ouvrir un autre chemin, pour se débarrasser non seulement de Sarkozy, mais aussi de sa politique… Aujourd’hui, j’en ai la conviction, en forme de vœu : le moment est venu de tordre le cou à ce doute.

Cette conviction je la porte avec vous, avec Jean Luc Mélenchon candidat du front de gauche aux élections présidentielles, avec Vivianne Boufrou, Mireille Brun, Pierre Mouraret, Gérard Leneveu, serge Loiseau, les candidats du Front de gauche aux élections législatives dans notre département. Avec eux nous avons commencé a tracé un chemin. Nous avons commencé à rassembler et à mettre en mouvement les forces capables de pousser la porte du possible… La porte de l’espoir. Pourquoi cette conviction ?

Parce qu’une idée chemine . « Ensemble, nous sommes la solution ». Oui, quand ceux qui nous gouvernent font faillite à ce point, quand les privilégiés qui ont mis la main sur le pouvoir s’y accrochent jusqu’à plonger des sociétés entières dans la détresse, nous n’avons plus à en douter, NOUS sommes la solution.

NOUS, les retraités, les salariés, les privés d’emploi, les ouvriers, les employés, les cadres, les infirmières, les enseignants, les artistes, les chercheurs, les jeunes.

Oui c’est nous la solution. C’est à notre tour de prendre le pouvoir, sur nos vies, sur l’argent créé par notre travail, sur les banques qui nous le confisquent, sur tous les leviers du pouvoir, sur tous les choix de société. Face à tous les fauteurs de crise, rappelons-nous : c’est toujours ensemble, unis, rassemblés, qu’on ouvre des brèches dans les murs de la capitulation et de la résignation. Oui, c’est toujours comme cela, même quand le combat est rude et paraît si compliqué, et parfois même désespéré.

SUITE EN PIÈCE JOINTE