Une autre politique est possible pour créer des emplois


13 décembre 2012

Une autre politique est possible pour créer des emplois.

Il ne se passe plus un jour sans qu’un nouveau plan social ne soit avancé ! En conséquence au plan national les derniers chiffres publiés en octobre portent le nombre de d’inscrits au pôle emploi en catégorie A à plus de 3 millions de personnes.

C’est 45 500 chômeurs supplémentaires en un mois et 10.6 % sur un an. Si on cumul les catégories A B C on arrive à 4, 587 millions en France métropolitaine ! Parmi les plus touchés se trouvent près d’un million d’hommes et de femmes de plus de 55 ans.

Pour la Basse-Normandie cela représente 63 848 personnes inscrits en catégorie A, 98 479 en A,B et C. 32 611 en catégorie A, 49 671 en catégorie A,B et C uniquement pour le département du calvados.

Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A (demandeurs n’ayant exercé aucune activité dans le mois) augmente de 1,6% en Basse-Normandie sur le mois d’octobre 2012, soit + 991 personnes (+1,5% au niveau national).

Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A augmente dans les trois départements : +1,2% dans le Calvados, +2,4% dans la Manche et +1,3% dans l’Orne.

Le nombre de demandeurs inscrits en catégories A, B et C est en hausse de 1,1% en Basse-Normandie par rapport à fin septembre 2012 (+1,6% au niveau national).

Chacun connait autour de lui, le nom des entreprises menacées par le chômage partiel comme à PSA, Renault-Trucks (RVI), les entreprises qui suspendent ou arrêtent définitivement leur production.

L’adoption à marche forcée du traité européen et les orientations « austéritaires » du gouvernement ont encouragé le patronat à dégraisser au plus vite.

Les agences de notations exigent encore plus de réformes, notamment la flexibilité du marché du travail et la protection sociale, sous peine d’une nouvelle dégradation de la note française.

Pourtant une autre politique est possible pour favoriser l’investissement et le développement économique pour répondre aux besoins de plus en plus vitaux pour la population.

La gauche qui gouverne passe à côté d’une occasion historique de mettre en œuvre la politique que réclament les électeurs qui l’ont porté au pouvoir.

Il y a un an, toute la gauche adoptait au sénat des mesures faisant payer le capital et les plus fortunés des contribuables.

Aujourd’hui les sénateurs communistes et républicains font valoir la pertinence de ces projets pour sortir de la crise !

Il est grand temps de s’appuyer sur tous ceux qui veulent une rupture conséquente avec le social-libéralisme.

La campagne " Pour une alternative aux politiques d’austérité" proposée par le PCF aux partenaires du front de gauche est lancée.

A l’approche des fêtes de fin d’année chacune et chacun fait ses comptes. La vie chère s’envole. La précarité de l’emploi se fait durement ressentir. La résignation s’installe petit à petit. C’est contre cette démobilisation qu’il nous faut lutter. Si jamais le peuple de gauche abandonne la partie, c’est tout le changement espéré et voulu qui risque d’être plombé. Ce serait la pire des choses. On ne peut pas attendre, il faut mobiliser maintenant.

Caen le 10 Décembre 2012