Recomposition à gauche / ouverture au centre : un spectacle désespérant et dangereux. Déclaration de Marie-George BUFFET

Marie-George Buffet, secrétaire nationale du PCF, a rejeté fermement toute idée d’alliance de son parti avec le MoDem de François Bayrou, et estimé que le débat sur les primaires à gauche ne pouvait mener qu’à une "impasse"


27 août 2009

Vincent Peillon (PS) a salué samedi dernier à Marseille le "commencement" du rassemblement "écologique, socialiste et démocratique" en vue de 2012, lors des "premiers ateliers d’été" de son courant, L’Espoir à gauche, aux côtés de Daniel Cohn-Bendit (Europe-Écologie), Marielle de Sarnez (MoDem), Christiane Taubira (PRG) et Robert Hue, ancien leader du PCF. "À cette alliance du PCF au MoDem, vous pouvez barrer PCF", a déclaré la numéro un communiste, lors d’une visite sur le futur site de la Fête de L’Humanité, dont la 74e édition aura lieu du 11 au 13 septembre à La Courneuve (Seine-Saint-Denis).

"Les communistes ne prendront pas ce chemin de la défaite pour la gauche", a ajouté la députée de Seine-Saint-Denis. "L’idée peut apparaître séduisante. Si on fait bêtement l’addition des pourcentages, on peut croire que cela fait une majorité", a-t-elle commenté. Mais "sur quel projet, quelle politique" les électeurs pourraient-ils "se mobiliser", s’interroge-t-elle, déplorant ces "politiques sociales libérales, centro-sociales ou libérales", "respectueuses de la libre concurrence en Europe et du tout marchand dans le monde".

Par ailleurs, les primaires à gauche, proposées par des socialistes, constituent également une "impasse", selon Marie-George Buffet. "Ces primaires, c’est le choix d’organiser toute la vie politique en fonction de la seule élection présidentielle et, donc, des seules logiques présidentialistes", a-t-elle argué, y voyant un "renoncement face à la droite". Or, pour "battre la droite", il faut "rassembler une majorité à gauche sur des solutions, un projet, des réponses prenant de front les attentes et les grandes questions de notre temps", a-t-elle affirmé,