jeudi 27 mai 2010 - 20:30

Rassemblement contre la réforme des retraites, jeudi 27 mai 2010 à 20 h30 Centre des congrès Av Albert Sorel

Avec la participation de W PELLETIER de la fondation COPERNIC et de Nicolas MARCHAND membre de la direction nationale du PCF

FAIRE ENTENDRE ET IMPOSER NOS EXIGENCES CITOYENNES SUR LES RETRAITES

Collectif « Exigences citoyennes pour nos retraites » contact 0231844329 ou 0688079778 Soutenu par :AC 14, ATTAC 14, FASE/ANPAG, FSU, GU, MRC,MJC,MJS,NPA, PCF, PG, PS, Solidaires,Verts


Faire entendre et imposer nos exigences citoyennes sur les retraites Leur plan pour les retraites : travailler plus pour gagner moins ! Le gouvernement engage une nouvelle réforme qui va porter un coup fatal au système de retraite par répartition. Il jure que c’est pour le sauver : Mensonge ! Depuis 1993 les réformes ont fait baisser le niveau des pensions d’environ 20%. Elles ont aggravé les inégalités déjà fortes entre les hommes et les femmes. Ce gouvernement veut aller plus loin dans la même voie en reculant l’âge légal de départ à la retraite de 60 ans à 62, 65 voire 67 comme le demande le MEDEF, alors que l’âge moyen de cessation d’activité est de 59 ans ! Exiger que les salariés travaillent et cotisent plus longtemps ne vise en réalité qu’à baisser les pensions. Il n’y a aucun sens à augmenter l’âge de la retraite alors que le chômage de masse sévit pour les plus de 55 ans... et les jeunes, retardant pour ceux-ci leur entrée dans la vie active et mettant ainsi en cause leur propre droit à la retraite ! La vraie raison des mesures du gouvernement n’est pas liée à la démographie mais aux choix libéraux dont les exigences sont accentuées par la crise financière. En réalité, la richesse produite par salarié augmente et permet le paiement des retraites avec un plus petit nombre d’actifs. Même le COR (Comité d’orientation des retraites, une instance d’expertise et de "concertation" du gouvernement) reconnaît que la situation démographique française s’est améliorée. Ce sont le chômage, les salaires bloqués qui réduisent automatiquement le volume des cotisationsretraite. La crise financière a augmenté les déficits publics. Pour maintenir le système, le gouvernement les a laissés se creuser. Et maintenant, financiers et spéculateurs exigent que les États leur donnent des gages en réduisant les dépenses publiques, dont les retraites : voyez le plan imposé au peuple grec ! Une alternative à cette régression sociale existe pourtant ! Les besoin de financement ne sont pas aussi dramatiques que le discours officiel voudrait nous le faire croire : il a été chiffré par le Cor à 3 points de PIB d’ici 2050. C’est moins que l’augmentation de la part des dividendes des actionnaires, passée de 3,2% à 8,5% ces vingt dernières années ! Il est donc possible, et juste, d’augmenter salaires et pensions en réduisant les profits. Le financement des retraites suppose d’en finir avec l’actuel accaparement éhonté de la richesse par une toute petite partie de la population dont les revenus financiers ont explosé. De nombreuses propositions permettent ainsi :
 de sauver les retraites par répartition,
 d’améliorer notre système en abrogeant les contre-réformes de 1993 (Balladur) et de 2003 (Fillon), et en finançant des mesures visant à l’égalité par le haut entre femmes et hommes, cadres et ouvriers, public et privé, précaires et emplois fixes ... Ils veulent nous priver de ce débat, imposons-le ! Ce n’est pas un débat de spécialistes : la question des retraites pose celle de la société dans laquelle nous voulons vivre et Sarkozy voudrait clore le débat dès début juillet, avant qu’il ait réellement débuté, pour imposer en force les "solutions" du MEDEF. C’est inacceptable ! Ce gouvernement qui se soumet aux désirs des marchés financiers est totalement discrédité. Il n’a plus aucune légitimité. La majorité de la population rejette l’allongement de la durée de cotisation et le report de l’âge de départ en retraite au-delà de 60 ans. Cette majorité doit être respectée ! Face à la propagande du gouvernement et des médias soumis au libéralisme, il est possible d’opposer un autre discours et d’autres réponses. Nous pouvons par notre mobilisation changer complètement les choix en matière de retraites.

Oui nous pouvons gagner ! Participons massivement à la mobilisation et aux manifestations le 27 mai a l’appel des syndicats !

Meeting jeudi 27 mai 2010 à 20h30 centre des congrès avenue Albert Sorel à Caen

Refusons une société où il n’y aurait ni emplois, ni retraites pour les jeunes, c’est le sens de l’appel : « la retraite, une affaire de jeunes » signé par 20 organisations de jeunes. Voir http://www.retraites-jeunes.net/

Collectif « Exigences citoyennes pour nos retraites » contact 0231844329 ou 0688079778 Soutenu par :AC 14, ATTAC 14, FASE/ANPAG, FSU, GU, MRC,MJC, MJS,NPA, PCF, PG, PS, Solidaires, Verts

Témoignages contre la réforme des retraites,