RETRAITE UN ENJEU DE CIVILISATION

LUNDI 10 MAI RASSEMBLEMENT À 17H00 DEVANT LA PRÉFECTURE de Caen


6 mai 2010

MANIPULATION

Sondages après sondages, une majorité de Françaises et des Français témoigne de leur très vive préoccupation pour l’avenir des retraites et leur attachement à un départ à 60 ans.

Les premiers chiffres dévoilés par le COR (Conseil d’Orientations des Retraites) pour l’horizon 2050 alimentent une première opération d’instrumentalisation et de manipulation.

Sur fond de valses de milliards d’euros, l’objectif poursuivi est double. D’abord assommer l’opinion publique sur une prétendue impossibilité pour continuer à financer les retraites, puis imposer d’emblée un enfumage du débat interdisant qu’il ne puisse rebondir sur la question décisive des nouvelles ressources de financement pour consolider notre système par répartition. Déjà, la patronne du Medef en demande davantage, invitant à un effort supplémentaire dans le catastrophisme. Le casting d’un mauvais film pour de mauvais coups se met en place. L’avenir des retraites mérite un débat sérieux, posant les enjeux de civilisation, le choix de société que nous voulons et les moyens financiers pour répondre aux besoins sociaux.

Le PCF invite à un très large débat, avec la population, les forces syndicales, les associations, les partis de gauche, créant les conditions d’une mobilisation populaire sur l’avenir des retraites. Les semaines à venir seront décisives.

Nicolas Sarkozy et le Gouvernement envisageraient de porter l’âge légal de la retraite à 61 ans en 2015, 62 ans en 2020 et 63 ans en 2030. A peine commencée, la grande « concertation » est déjà terminée ! La stratégie est double : préparer l’opinion publique sur l’inéluctabilité des « solutions » proposées et donner, dès à présent, des gages aux marchés financiers. La question est bel et bien de se faire bien voir des agences de notation par la vente à la découpe de notre protection sociale, en commençant par les retraites. Aujourd’hui, les choses sont claires. Nous voilà prévenus.

L’objectif de l’intervention du premier ministre est de préparer l’opinion publique à un gigantesque plan de baisse des dépenses publiques de l’État et des collectivités locales. Un scénario grec est donc en préparation. Le gouvernement va s’attaquer aux services publics. Il veut mettre fin au modèle social français. Au profit de qui ? François Fillon a lâché le morceau lors son intervention : il s’agit de continuer « d’inspirer de la confiance aux marchés ».

A l’image du peuple grec qui se bat et qui lutte, nous ne laisserons pas faire ! En France comme en Grèce, il faut faire reculer le pouvoir indécent des marchés financiers.

LA FEDERATION DU CALVADOS du PCF APPELLE A PARTICIPER AU RASSEMBLEMENT LE LUNDI 10 MAI à 17 H DEVANT LA PREFECTURE de CAEN