Que restera-t-il de Margaret Thatcher ?


8 avril 2013

Pour certains elle aura mis fin au « monopole » syndical, elle a combattu l’IRA, elle a été ferme pour défendre les poussières d’empire aux Malouines par exemple, elle a refusé l’accélération de l’intégration européenne, elle a privatisé comme personne avant elle... Pour d’autres les plus nombreux en Grande Bretagne c’est l’arrogance, la certitude d’avoir toujours raison, même seule, c’est son inhumanité à l’égard des mineurs grévistes gallois ou des grévistes de la faim de l’IRA.

Peu de femmes politiques ont déchaîné autant de passions. Si la frange rétrograde et conservatrice de la population anglaise en a fait son héroïne pendant plus d’une dizaine d’années, l’immense majorité des britanniques a souffert de sa politique économique et sociale. Le miracle d’une Grande Bretagne prospère et isolée a vécu. C’est Thatcher qui a transformé ce pays en place boursière et en pôle de service sacrifiant un à un les pans de l’économie traditionnelle. S’il n’y a plus d’industries de transformation, si tous les « bijoux » du royaume ont été un à un vendus aux capitaux étrangers, c’est grâce à madame Thatcher. A l’image de Reagan elle a inventé une droite décomplexée qui a aussi inspiré Nicolas Sarkozy. Après avoir été poussée dehors par les siens au début des années 90, elle n’est désormais plus une référence politique pour le parti de David Cameron. Ne serait-ce que par ses positions ultra-réactionnaires sur les questions de société comme sa vision de l’homosexualité. Paradoxe elle a aussi permis à toute une génération d’artistes de créer en se positionnant contre elle.

Alors si vous voulez vous souvenir de Margaret Thatcher réécoutez Renaud ou allez voir un film de Ken Loach. C’est ainsi que vous comprendrez mieux pourquoi dans les années 80 des enfants accostant un candidat travailliste aux environs de Birmingham, lui disaient « mes parents votent pour vous parce que nous on hait Magie Thatcher ».

Le Parti communiste français est du côté de ceux à qui l’outrance libérale de la politique de Thatcher a donné envie de construire une nouvelle Grande Bretagne.

le 08 avril 2013