Pour une refondation sociale et démocratique.

Le PCF appelle à des Assises pour refonder la République.


15 avril 2013

Le Conseil National du Parti Communiste Français (PCF)

qui s’est réuni samedi a appelé à des « assises pour une refondation sociale et démocratique », le 16 juin à Paris, dans la lignée de la manifestation du 5 mai. « Nous faisons la proposition à tous les partis du Front de Gauche et à toutes les forces qui ont voulu le changement de converger vers des assises pour une refondation sociale et déinocratique », a expliqué Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF « La date de ces assises est proposée au 16 juin à Paris », a-t-il précisé.

Pour une forte mobilisation à la marche citoyenne du 5 mai Le Conseil National du PCF, qui se réunissait à huis clos et « en urgence » en raison de l’actualité, et notamment de l’affaire Cahuzac, a « Confirmé son engagement dans la mobilisation du 5 mai avec comme axes la lutte contre la finance et la refondation sociale et démocratique de la République ».

Si le PCF souhaite « une très forte mobilisation » pour la « marche citoyenne » du 5 mai « contre l’austérité et la finance et pour la VIe République » », il propose aussi de « prolonger cette mobilisation par des assemblées, des comités citoyens » qui aboutiront aux assises du mois de juin.

Parmi les propositions du PCF pour la « refondation démocratique des institutions » vers une VIe République, figurent « une réelle indépendance de la justice, une démocratisation des élections par la proportionnelle, de nouveaux droits pour les salariés dans les entreprises ou encore la remise en chantier de l’acte III de décentralisation ».

Poursuite de la bataille contre l’ANI « Nous continuons aussi la bataille contre l’ANI » (Accord national interprofessionnel sur l’emploi), a ajouté Pierre Laurent. « Le vote de l’Assemblée Nationale confirme qu’il n’y aura pas de majorité de gauche au Sénat », a prévenu le sénateur de Paris. Lors du vote du texte transcrivant l’ANI dans la loi (250 voix contre 26), plusieurs députés PS s’étaient abstenus, ainsi que les écologistes. Les communistes appellent également à soutenir la mobilisation du 1er Mai à « l’appel des organisations syndicales qui refusent » le texte sur lemploi.

"La Marseillaise", le 14 avril 2013