« Nous voulons être une force d'action et de construction pour pousser le changement » Pierre Laurent secrétaire national du PCF


25 juin 2012

Le Secrétaire national du PCF livre à La Marseillaise les ambitions de son Parti engagé dans le Front de Gauche pour la période qui s’ouvre.

La Marseillaise. Quel message envoyez-vous à travers votre appel au peuple de France ?

Pierre Laurent. Nous voulons que les victoires remportées par la Gauche répondent aux espoirs de ceux qui les ont souhaitées. Concrétiser ces espoirs nécessite l’intervention populaire face aux résistances qui ne manqueront pas d’exister du côté de la Droite, du Medef et des privilégiés. Le programme de François Hollande ne nous paraît pas en mesure d’affronter ces résistances, il ne se donne pas les moyens suffisants du changement. Jean-Marc Ayrault considère pourtant que c’est sa seule feuille de route. C’est ce qui nous conduit à ne pas participer au Gouvernement. Nous voulons être une force d’action et de construction pour pousser le changement. Avec le Front de Gauche nous voulons rassembler les forces nécessaires pour le réussir.

La Marseillaise. Plus de voix et moins d’élus, les résultats du Front de Gauche aux législatives sont paradoxaux. Quelle est votre analyse ?

Pierre Laurent. Il y a eu un effet redoutable du présidentialisme qui a dénaturé la portée du scrutin législatif. Beaucoup d’électeurs ont cru que l’essentiel était fait une fois Sarkozy battu. Ils ont peut être eu du mal, dans une campagne très courte, à percevoir notre positionnement constructif et exigeant au sein de la majorité.

Le résultat est par ailleurs injuste car il y a simultanément progrès en voix, en pourcentages et affaiblissement de la représentation du Front de Gauche à l’Assemblée. Avec la proportionnelle le nombre de sièges serait tout autre.

La Marseillaise. Vous avez désormais la certitude d’avoir un Groupe à l’Assemblée, quel rôle voulez-vous le voir jouer ?

Pierre Laurent. Il soutiendra les propositions qui répondent aux exigences sociales et contribuent à prendre le pouvoir sur l’argent des banques, des entreprises, sur l’utilisation des fonds publics… Notre Groupe ne suivra pas en revanche des mesures poursuivant la logique de l’austérité. Il travaillera en lien avec les forces sociales et citoyennes à la construction de textes qu’il faudra imposer à la majorité. Le mandat de nos Députés n’est pas un blanc-seing mais une force pour l’intervention populaire sur les choix politiques du quinquennat.

La Marseillaise. Quelle place le PCF entend-il occuper au sein du Front de Gauche dans la période qui s’ouvre ?

Pierre Laurent. Le Parti communiste doit être une force d’impulsion du Front de Gauche vers de nouveaux progrès. Il a grandit, beaucoup de jeunes, de syndicalistes se sont inscrits dans cette démarche. Le Front de Gauche est devenu un espace politique original qui rassemble partis et citoyens désireux de se mêler du débat politique.

Nous voulons avec le Parti communiste proposer et impulser des campagnes nationales d’action sur la réorientation de l’Union européenne, les salaires et l’emploi qui pourraient structurer l’activité de l’ensemble des forces du Front de Gauche.

Propos recueillis par Léo Purguette (La Marseillaise, le 21 juin 2012)