NON A LA FERMETURE DE HONEYWELL MANIFESTATION MARDI 25 OCTOBRE 15 PREFECTURE DU CALVADOS


24 octobre 2011

Nous appelons à la manifestation le MARDI 25 Octobre 2011 à 15 h00 devant la préfecture du Calvados.

COMMUNIQUE DE PRESSE DU PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS

L’annonce de la fermeture d’Honeywell à Condé sur Noireau a frappé les 325 salariés, leurs familles, la population dans un profond désarroi. Néanmoins, faut-il rappeler que celle-ci était programmée depuis de plusieurs années, l’entreprise refusant tout investissement de modernisation de celle-ci.

Cette politique allait de pair avec la programmation des délocalisations de l’industrie automobile afin de répondre à des critères de rentabilité maximum par un abaissement des coûts salariaux.

La section du Parti communiste assure les salariés de tout leur soutien dans leur lutte et mettra tout en œuvre avec ses élus et ses militants. Aujourd’hui, dénoncer cette situation ne suffit plus : l’entreprise est viable, fait des bénéfices et est riche du savoir-faire et de la technicité de haut niveau de ses ouvriers.

Il est grand temps de changer le mode d’aide de financement des entreprises en mettant en place un pôle public bancaire, qui permettrait d’intervenir à faible taux d’intérêt dans la mesure où l’entreprise s’engage dans l’investissement nécessaire et dans la formation des hommes. Aujourd’hui, c’est toute la filière automobile de Basse Normandie et ses milliers d’emplois qui sont en danger. Le moment est venu de mettre fin à la désindustrialisation de toute une région et de passer aux actes. Mais les élus de Condé et le Député auront-ils le courage de mettre en accord leurs paroles et leurs actes ?

Si cette annonce de fermeture concerne les salariés de HONEYWELL c’est aussi l’affaire de tous les salariés de l’industrie automobile, de toute une région. L’entreprise est viable nous devons tout faire pour que l’entreprise demeure sur le site de Condé sur Noireau.

Nous appelons à la manifestation le MARDI 25 Octobre 2011 à 15 h00 devant la préfecture du Calvados.