LE MENSONGE SCANDALEUX DE CAHUZAC...

Le mensonge scandaleux de Cahuzac appelle une orientation politique claire vis-à-vis de la finance.


4 avril 2013

Jérôme Cahuzac a menti, ses excuses n’y changeront rien, celui qui ne croyait pas à la lutte des classes est rattrapé par ses liens avec la finance et les banques. Pour le PCF, cette affaire souligne l’exigence d’une réorientation économique du gouvernement : c’est au monde du travail et de la création qu’il faut donner des signes et arrêter les cadeaux aux grands patrons et aux actionnaires. L’aveu de l’ancien ministre ne surprend pas les militants et élus communistes face au parcours de J. Cahuzac, ancien soutien de D. Strauss Kahn, mais cela jette le discrédit sur toute l’action politique, c’est à cela que le gouvernement doit réagir.

Toute la clarté doit être faite sur l’affaire Cahuzac : face à son comportement scandaleux et à ses mensonges, le gouvernement doit répondre pour qu’aucun doute ne subsiste sur l’action de la grande majorité des hommes et des femmes politiques en faveur de l’intérêt général.

Cela passe par un pacte de croissance et de maintien de l’emploi avec l’arrêt du pacte de compétitivité et des milliards d’euros offerts aux grands groupes financiers et aux banques qui ont conduit l’Europe à la faillite.

Face à un tel scandale, les mesures annoncées par le Président de la République sont nécessaires mais insuffisantes. Oui la lutte des classes existe, les choix politiques et économiques du gouvernement doivent être ceux des salariés de ce pays, du monde du travail de l’éducation, de la santé et de la recherche qui exigent le changement.

Jean Lebon Secrétaire départemental du PCF