LE CHANGEMENT POUR LA SANTE c'est vraiment urgent

Le terrible drame entre Figac et Brive est révélateur des choix politiques des dernières années. Les fermetures d’activités, de service, d’établissements, de maternités conduisent à ces situations inacceptables. C’est dramatique quand la mort est la conséquence de ces choix politiques


25 octobre 2012

Télécharger

Il faut donc vraiment en finir avec la poursuite de la mise en œuvre de la loi « Hôpital, patients, santé, territoires ». Il ne s’agit pas d’envisager une adaptation. C’est sa logique de diminution des dépenses remboursées, de concentration des réponses publiques qu’il faut changer d’urgence. Il faut donner de nouvelles orientations d’arrêt des fermetures et de réouvertures des services publics aux Directeurs généraux des Agences régionales de la santé dans l’attente de leur remplacement par des structures contrôlées démocratiquement.

La primauté au service public présente dans les discours de la Ministre doit se traduire par ces décisions concrètes sur le terrain. Or nous constatons que les décisions de restructurations, de fermetures se poursuivent, que de nouvelles sont en cours de mise en œuvre. Il faut vraiment arrêter cela.

Dans le même temps, il faut revoir la logique et le fond du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) qui, au delà d’effets d’annonces intéressants, n’est pas sur une logique de rupture avec les précédents. Par exemple, la perspective du remboursement à 100% des IVG est une mesure positive mais qui perd son sens dans le cadre de la poursuite des fermetures des centres IVG... .

En l’état, ce PLFSS ( projet de loi de financement de la sécurité sociale) ne nous convient pas, il doit être revu.

Il faut pour renforcer le service public de proximité.

Il faut ré-ouvrir des maternités de proximité.

Au-delà des discours, il faut des actes positifs, il faut renforcer la solidarité et le service public !

Déclaration adoptée par le PCF, le 23/10/2012