LA SANTE casse des emplois


21 mai 2012

Un document de la direction de l’Assistance publique/ Hôpitaux de Paris prévoit 
 3 340 suppressions d’emplois d’ici à 2016. La CGT crie au scandale. « C’est absolument révoltant. » Rose-May Rousseau, la secrétaire générale de l’Usap-CGT, ne mâche pas ses mots. La direction de l’AP-HP (Assistance publique/Hôpitaux de Paris) a envoyé aux élus du personnel un document contenant « un tableau de bord et les perspectives de l’établissement pour les années à venir ». Au programme  : rien de moins que 3 340 suppressions d’emplois, dont 1 040 postes d’infirmières d’ici à 2016. Il précise aussi que, en 2011, les effectifs rémunérés ont diminué de 1 184, soit une baisse de 1,8%. Un volontarisme clairement affiché par la direction, sachant que le document dit que « la baisse des effectifs rémunérés est concentrée, aux deux tiers, sur le personnel hospitalier diplômé et qualifié »… Autant dire que le document a mis le feu aux poudres. « La direction nous a dit qu’il s’agissait d’un document de travail. Mais ce sont des objectifs clairs et nets qui participent du démantèlement de l’Assistance publique et de l’offre de soins de service public », réagit la responsable CGT de l’AP-HP. « Il y a une volonté scandaleuse de restructuration », résume Olivier Cammas, membre de l’Usap-CGT. Pour le directeur des ressources humaines de l’AP-HP, Christian Poimbœuf, il ne s’agit pas de « suppressions d’emplois », mais « d’évolution tendancielle des emplois ». Quelles nuances ! Ces jours-ci, une centaine de représentants CGT ont envahi le siège de l’institution pour protester contre ces suppressions de postes. « Nous avions prévu un rassemblement devant le siège, mais face à la présence de barrières et de forces de l’ordre, nous avons décidé de rentrer pour être reçus par la direction générale », raconte Olivier Cammas. Au passage, les militants entendaient dénoncer le « dialogue » social. « Nous protestons aussi contre le manque de dialogue social qui dure depuis deux ans et l’annulation d’une réunion annuelle rassemblant les directeurs et les élus », poursuit le syndicaliste. Selon le DRH de l’AP-HP, cette réunion devrait se tenir en juin. À l’AP-HP, a-t-il dit, « on a un dialogue social, parfois heurté, mais qui existe »… Mille emplois supprimés aux Hospices civils de Lyon  ! C’est aussi le calcul fait par la CGT, après l’annonce du directeur de l’établissement sur le fait que le ministère de la Santé vient de supprimer 44millions d’euros aux HCL. « Par cet acte, le président de la République veut obliger les Hospices civils de Lyon à réduire leur offre de soins. D’ores et déjà, nous constatons qu’il manque au moins une maternité publique sur Lyon pour satisfaire les besoins de la population », lance le syndicat, qui dénonce une « stratégie » au profit de la santé lucrative.