JOURNEE ANTI-CRISE : 29 JANVIER

Appel au succès de la journée anti-crise du 29 janvier !

La crise que nous traversons n’est pas un soubresaut du système. Elle est profonde, durable si des dispositions radicales visant à la dépasser ne sont pas prises.

Tout en faisant exploser le déficit de l’Etat à 4,4% au lieu des 3% du PIB hier imposés dans le cadre du pacte de stabilité européen au nom duquel les gouvernements ont limité les dépenses sociales, asphyxiés les services publics, supprimé des emplois de fonctionnaires, les « antidotes à la crise » proposés par la droite et le patronat à coup de milliards d’euros injectés dans les banques et les grands groupes industriels sont non seulement inefficaces, mais ils renforcent le poison.


22 janvier 2009

Télécharger

Appel au succès de la journée anti-crise du 29 janvier !

La crise que nous traversons n’est pas un soubresaut du système. Elle est profonde, durable si des dispositions radicales visant à la dépasser ne sont pas prises.

Tout en faisant exploser le déficit de l’Etat à 4,4% au lieu des 3% du PIB hier imposés dans le cadre du pacte de stabilité européen au nom duquel les gouvernements ont limité les dépenses sociales, asphyxiés les services publics, supprimé des emplois de fonctionnaires, les « antidotes à la crise » proposés par la droite et le patronat à coup de milliards d’euros injectés dans les banques et les grands groupes industriels sont non seulement inefficaces, mais ils renforcent le poison.

Mais quelle est donc cette société où quand les grandes entreprises réalisent des profits, ceux-ci vont dans la poche des actionnaires, et quand elles sont en difficultés les mêmes actionnaires ne sont plus au rendez-vous et ce sont les salariés et les contribuables qui doivent mettre la main à la poche ?

La question n’est pas qu’il n’y aurait pas assez d’argent. Le problème, c’est que, par la baisse du pouvoir d’achat, le chômage, la réduction des services de santé et des moyens pour l’école, la politique conduite par la droite fait payer à l’immense majorité la facture pour que beaucoup d’argent, beaucoup trop d’argent, s’accumule entre les mains d’une petite caste de privilégiés.

La restructuration et la concentration du capital bancaire et industriel s’accélère au détriment de l’emploi, du développement des territoires et de l’environnement. En guise de « moralisation du capitalisme, M. Sarkozy ne fait rien d’autre que d’aller dans le sens de cette accélération, par la pression sur les salaires, le travail du dimanche, la retraite à 70 ans, le chômage pour les jeunes, la remise en cause du Code du travail et des 35 heures, des droits et libertés démocratiques. Une multitude de catégories sociales, ouvriers de divers métiers, caissières de supermarchés, personnels hospitaliers, enseignants, salariés du secteur automobile a engagé des actions diverses et variées. Certaines couronnées par de premiers succès, comme le recul de Darcos face au mouvement des lycéens, ou le report de la loi sur le travail du dimanche.

Les communistes mobilisent toutes leurs forces pour engager le débat à partir des propositions qu’ils formulent pour orienter le pays dans un cadre de relance sociale en France et en Europe :
  Sécuriser l’emploi et les salaires,
  Relever les salaires et le pouvoir d’achat,
  Relancer les services publics et l’investissement
  Contrôler et réorienter les banques.

A tous les niveaux (Etat, Régions, Département, Commune), les communistes proposent que des commissions contrôlent, grâce à de vrais pouvoirs des salariés, l’utilisation des fonds publics pour l’emploi, que les syndicats soient auditionnés avant l’attribution de ces fonds publics.

Les communistes du Calvados seront présents aux côtés des salariés dans la journée de mobilisation interprofessionnelle du 29 janvier à l’appel de toutes les organisations syndicales réunies sur une plate-forme commune qui porte notamment sur les salaires et l’emploi. La Fédération du Calvados du PCF appelle au succès des rassemblements dans les principales villes du département et à la manifestation de 10h30 à Caen.

Cette journée de rassemblement des forces sociales du 29 janvier 2009 sera d’une grande importance. Elle est de nature à aider à la construction du rassemblement des citoyens et des forces de gauche « pour que les choses changent ».

A Caen, le 20 janvier 2009