Des violences intolérables débordent la manifestation des opposants à l’Aéroport du Grand-Ouest !

Par Aymeric SEASSAU, le 23 février 2014 Secrétaire départemental 44 du PCF


24 février 2014

Les violences et dégradations nombreuses qui ont accompagné la manifestation des opposants à l’Aéroport du Grand Ouest sont intolérables.

Les communistes français ont de tout temps défendu les libertés démocratiques et combattu pour que le droit à la grève et à l’action syndicale soit inscrit au préambule de la constitution de 1946 issue du conseil national de la résistance.

Aussi, nous n’acceptons pas que les monuments et symboles de la résistance à Nantes puissent être foulés du pied comme nous avons pu le constater hier.

De la même manière que nous n’acceptons pas qu’une manifestation, quelle qu’elle soit, puisse servir de cadre à des dégradations ou destructions de locaux et d’infrastructures de services et entreprises publiques.

Nous ne nous livrons à aucun amalgame entre les personnes venues manifester librement leur opinion et les groupes d’opposants violents à l’Aéroport du Grand-Ouest dont les exactions sont nombreuses depuis plusieurs années.

La gravité des événements interdit de se contenter d’évoquer une « minorité de casseurs » venus de l’extérieur ou encore de dénoncer comme Manuel Valls une hypothétique « ultra gauche ». Quant on est de gauche, on ne s’attaque pas aux entreprises et services publics, on les protège, on les défend !

Les événements d’hier étaient attendus, ils étaient prévisibles, ils auraient pu, ils auraient du être évités.

Organiser une manifestation est une responsabilité. En indiquant après la manifestation « Il existe différentes manières de s’exprimer dans ce mouvement. Le gouvernement est sourd à la contestation anti-aéroport, il n’est pas étonnant qu’une certaine colère s’exprime. Que pourrait-il se passer en cas de nouvelle intervention sur la zad ? » l’ACIPA, principale organisation d’opposants se refuse à condamner les violences, tend à les justifier et les instrumentalise même en menaçant quant à toute avancée du projet. C’est inacceptable !

Nous demandons à toutes les organisations parties prenantes de la manifestation de condamner avec la plus grande fermeté les violences et de faire connaître les dispositions qu’elles comptent prendre pour garantir que de tels événements ne puissent pas se reproduire.

Dans l’attente, nous voulons exprimer toute notre solidarité avec les personnels des entreprises et services publics victimes des dégradations comme avec les personnels à l’oeuvre depuis hier soir pour rendre le plus rapidement leur centre ville aux nantaise et aux nantais et leurs transports publics aux usagers de l’agglomération.