Des élu-e-s pour combattre l'austérité

Elections municipales

DES ELU-E-S POUR COMBATTRE L’AUSTERITE


20 mars 2014

Télécharger

Les élections municipales sont un enjeu fondamental. Les deux objectifs du PCF sont clairs : empêcher la droite et son extrême de réaliser leurs rêves de vague bleue ou bleu marine, et doter les communes et les majorités municipales de gauche d’un maximum d’élus déterminés à combattre l’austérité. Loin d’être coupées du débat politique national, les élections municipales permettent de structurer des champs de résistance aux politiques d’austérité. Elles sont autant de leviers pour des constructions politiques alternatives par la promotion de politiques publiques locales exprimant les valeurs de la gauche. Loin d’être piégés dans l’institution municipale en devenant les otages de politiques combattues par ailleurs, les élus communistes portent des choix en rupture avec les orientations libérales, dévastatrices pour nos collectivités locales.

L’austérité pèse sur les femmes et les hommes là où ils vivent. La commune est le premier cercle où elle est mise en œuvre. Faudrait-il redonner à la droite prise de vitesse par un patronat très agressif un nouveau visa de six ans ? On sait les saccages dont elle est responsable dans notre département et dans l’agglomération Caennaise lorsqu’elle était aux manettes.

Pour les communistes, la place des communes et le sens de l’action des futurs élus municipaux dans la vie politique de notre pays sont déterminants pour construire d’autres réponses à la crise, en mettant au centre des préoccupations politiques « l’humain », la solidarité et le partage. Face à une droite revancharde et à une extrême droite à l’affût qui tablent sur les désarrois provoqués par l’aggravation de l’austérité, il faut donner des repères à gauche, défendre des engagements clairs pour la commune, les services publics et la démocratie locale. Le « non à l’austérité » des communistes, sur lequel nous ne lâcherons rien, signifie aussi un « oui » à la défense de nos communes et de leurs services essentiels de proximité. Bien sûr nous sommes « vent debout contre la politique du gouvernement » ; il aurait pourtant été irresponsable de « refuser tout rassemblement de la gauche, (d’) offrir à la droite les quelques villes qui lui échappent, et s’empêcher d’en gagner d’autres.

L’enjeu de ces élections municipales est un enjeu majeur. Les choix en résumé, sont simples, ou bien élire une droite « utile » à Monsieur Gattaz et ses amis, ou bien, voter pour des listes de rassemblement de la gauche qui portent un projet communal « UTILE » pour lutter contre l’austérité. A Caen comme dans les autres villes du département, il est plus que nécessaire de renforcer le nombre d’élu-e-s communistes parce qu’ils portent les valeurs fortes de la gauche, avec une pratique politique au plus proche des citoyens, ancrée dans le quotidien et associant le plus grand nombre aux choix de gestion. Par eux, il s’agit aussi de redonner à l’action politique une reconnaissance qu’elle a perdue.

D’ici dimanche continuons de porter nos propositions alternatives en matière de développement de l’emploi, de défense des services publics, de maintien des garanties collectives et du droit du travail au sein même des projets municipaux. C’est notre responsabilité de gagner les forces de gauche, et par-dessus tout, l’électorat de toute la gauche, sur ces propositions essentielles au quotidien des habitants, notre responsabilité est avant tout d’être utile, et de ne pas se contenter de dénoncer les mauvais coups quand ils arrivent.

Jean Lebon Secrétaire départemental du PCF