DECLARATION DE JACKY HENIN Député communiste au Parlement Européen

Lors des négociations de juillet, inutile de le nier, l’administration Bush et l’Union Européenne ont été prise à leur propre piège par l’Inde et la Chine.


4 février 2009

Lors des négociations de juillet, inutile de le nier, l’administration Bush et l’Union Européenne ont été prise à leur propre piège par l’Inde et la Chine.

Par ailleurs, contrairement aux affirmations hypocrites des économistes libéraux pour qui l’échec de Doha serait catastrophe pour les pays pauvres, il n’en est rien !

Au contraire c’est pour ces pays en difficultés, une opportunité historique, dans un contexte marqué par des fluctuations importantes des cours des matières premières.

De l’aveu même de calculs d’experts, le gain que pouvaient espérer les pays les plus pauvres, étaient bien inférieurs aux pertes fiscales engendrées par la disparition des droits de douanes dans ces mêmes pays qui auraient atteint 60 milliards de Dollars.

Lors de ces négociations, la Commission, enferrée dans son dogme libérale, a fait preuve d’une total irresponsabilité vis à vis des peuples européennes allant jusqu’à proposer de sacrifier la production automobile sur le territoire de l’Union pour arriver à conclure un accord.

Pour l’OMC et la Commission, il n’existe que des consommateurs et jamais de producteurs de richesses. C’est cette conception des choses qui est à l’origine de la crise actuelle, car en faisant de la concurrence l’alpha et l’oméga de tout, elle pousse à toujours plus de productivité donc à une paupérisation absolue des salariés et à une destruction méthodique de toute protection sociale.

Si le cycle de Doha venait à être conclu, cela serait une catastrophe pour tous les peuples.

Ce qui est affligeant dans le contexte actuel, c’est que malgré la constatation des dégâts considérables enregistrés, on veuille coute que coute continuer dans la mauvaise direction.

Il y a urgent à révolutionner en profondeur l’OMC, en y amenant la démocratie.