Communiqué de Presse

TSCG : « Une fuite en avant pour toujours plus d’austérité et de chômage »


21 septembre 2012

En appelant à un « vote massif » au Parlement en faveur du traité budgétaire européen, Jean-Marc Ayrault invite donc la gauche à joindre ses voix aux élus de droite pour voter le texte signé le 2 mars à Bruxelles par Nicolas Sarkozy.

Exit la fable d’une rénégociation, envolées les belles paroles de campagne qui promettaient d’en découdre avec les marchés financiers. Aujourd’hui, le Premier ministre ne donne plus que l’objectif de réduction du déficit public. Cet appel à une ratification massive est cependant en cohérence avec le budget d’hyper-austérité et le « choc fiscal » préparés pour 2013, avec les projets menaçant le financement de la protection sociale, celui des collectivités locales.

Notre peuple n’a pas voté pour cela le 6 mai dernier. Il a tout au contraire fait le choix du changement, en France et en Europe. Il est faux d’affirmer comme le fait Jean-Marc Ayrault, que ce vote « donnerait plus de force au président de la république » sur la scène européenne. Au contraire, ce traité, qui aura des conséquences directes pour la vie quotidienne des familles populaires, est une fuite en avant pour toujours plus d’austérité et de chômage.

Nous proposons un grand débat public et contradictoire sur la nature même du traité budgétaire européen, de la règle d’or, des régressions démocratiques contre les États et les parlements. Nous demandons sa mise à disposition à l’ensemble des citoyen-ne-s afin qu’ils puissent juger par eux-mêmes. Ce processus démocratique doit être conclu par un référendum.

Aujourd’hui, en France et partout en Europe, des convergences politiques, syndicales et associatives se forment pour refuser l’austérité.

Une grande marche aura lieu à Paris le 30 septembre. C’est sur cette énergie qu’un président de gauche devrait s’appuyer et non pas sur un texte co-écrit par Sarkozy et Merkel.