ENTREPRISE VALEO

Le groupe VALEO a annoncé le licenciement de milliers de salariés : 1612 en France, 116 à Mondeville.

Sans compter les 44 à IMTEC, 70 à WILOF et 12 à SEMHO.

Les constructeurs automobiles comme les équipementiers profitent de la crise pour restructurer, précariser et déréglementer leurs conditions de travail, licencier et délocaliser des pans entiers de notre industrie, de la recherche… dans le seul but de nourrir davantage les profits !


28 janvier 2009

Télécharger

Les constructeurs automobiles comme les équipementiers profitent de la crise pour restructurer, précariser et déréglementer leurs conditions de travail, licencier et délocaliser des pans entiers de notre industrie, de la recherche… dans le seul but de nourrir davantage les profits !

La direction de VALEO passe sous silence les profits exorbitants réalisés ces derniers mois. La rémunération des actionnaires a bénéficié d’une augmentation de 241%.

L’insatiable appétit de profits des actionnaires conduit les grands groupes de l’automobile à faire payer la facture aux salariés.

Les réponses de Nicolas Sarkozy, comme celles des gouvernements de droite dans les autres pays, ou celles de l’Union Européenne, ne visent qu’à soutenir le capital avec l’argent public et non à relancer l’économie et la croissance par la consommation, donc le pouvoir d’achat.

Le plan de relance annoncé par Nicolas Sarkozy est un mélange de mesures symboliques et de nouvelles attaques contre les droits des salariés ; il conforte la stratégie du tout financier au détriment de l’emploi et des salaires : c’est bien aux salariés qu’il veut faire payer la crise.

La première urgence est de mettre sous protection les salariés et l’emploi.

Le gouvernement doit décider la suspension de tous les plans de licenciements et mettre autour de la table avec lui directions des entreprises, syndicats et élus. Les milliards mobilisés doivent être utilisés pour l’emploi et les salaires, la formation, l’investissement, la recherche…

La deuxième urgence est de relancer le pouvoir d’achat populaire.

Nous proposons une conférence nationale sur cette question, qui permette de relever le SMIC à 1600 €, les minima sociaux et les retraites. Il faut une baisse de la TVA sur les produits de 1ère nécessité.

La troisième urgence est la relance de l’investissement public,

notamment dans la santé, l’éducation et le logement, et des mesures de soutien en direction des PME. Et non la suppression de postes d’infirmière, de soignants et de lits dans les hôpitaux, non plus la suppression du nombre d’enseignants ou d’éducateurs.

La quatrième urgence : un pôle public pour réorienter l’argent de la finance.

Les banques ne doivent plus faire n’importe quoi avec l’épargne des salariés…La transparence doit être la règle et nous proposons des droits et des pouvoirs pour les salariés, les syndicats et les élus…

Les fonds annoncés par le gouvernement vont renflouer les actionnaires et renforcer les délocalisations.

Les mesures gouvernementales présentées comme visant à sauvegarder l’emploi ne servent en fait qu’à maintenir un taux de rentabilité élevé des capitaux des actionnaires.

Ces mesures s’inspirent des vieilles recettes du capitalisme : bas salaires, exonération fiscales des grandes entreprises, bouclier fiscal pour les plus riches, aggravation de la précarité, pressions accrues sur les chômeurs, flexibilité, augmentation des cadences et de la durée de travail, …

Ce sont justement ces recettes qui sont au cœur de la crise du système, et ce sont bien elles qu’il faut changer.

Il est urgent de construire un large rassemblement à gauche capable d’initier des réformes ambitieuses, permettant de mobiliser l’argent au service de la réponse aux besoins sociaux et humains et d’un nouveau type de développement. C’est à la construction de ce rassemblement que les communistes appellent les salariés, la jeunesse, tous nos concitoyens.

Les communistes du Calvados appellent au succès des manifestations interprofessionnelles unitaires du 29 janvier dans les villes du département et à Caen à 10 H 30 Place st Pierre.

Ils appellent également au rassemblement à 14 H 30 devant l’entreprise VALEO à Mondeville.

Jean Lebon

Secrétaire de la fédération du Calvados du PCF