COMMUNIQUE DE PRESSE de Serge LOISEAU Conseiller municipal Communiste à Lisieux

Inadmissible l’attitude de Bernard Aubril lors du dernier conseil municipal. Sur le très controversé dossier de la vidéo surveillance à Lisieux, le Maire a refusé de me donner la parole pour expliquer ma position alors que je n’avais pas encore parlé. Cet acte anti-démocratique ne peut qu’offusquer les démocrates de toutes tendances.


Nous savions que le Maire n’accepte pas la contradiction, il l’a souvent prouvé avec ses colistiers mais interdire à un membre de l’opposition de s’exprimer, il n’avait pas encore osé.

La vidéosurveillance ouvre de nouveau le débat sur l’insécurité à Lisieux. Soyons objectifs, Lisieux n’est ni Chicago, ni Marseille. Certes, il ne faut pas nier que des incivilités, des délits existent dans notre ville. Mais l’installation de caméras de surveillance ne solutionnera pas ces problèmes. Je crois plus en l’homme qu’en du matériel vidéo. Une police de proximité serait plus efficace et plus humaine.

Il serait plus utile d’investir dans la prévention, l’éducation et le social que dans un système dont les limites sont connues. Une fois de plus, on transfert sur le budget des collectivités locales une mission essentielle de l’état.

De plus, de nombreuses études mettent en cause l’efficacité des systèmes vidéo. De nombreuses communes abandonnent ces systèmes quelques années après leur installation du fait du coût très élevé de l’entretien au vu du peu d’efficacité procuré.

Enfin de nombreux Lexoviens considèrent, à juste titre, que ces caméras mettent en cause la liberté de chacun surtout après les explications confuses sur le contrôle des images par la municipalité.

Serge Loiseau, conseiller municipal de Lisieux