COMMUNIQUE DE PRESSE DU PCF

Chômage : la bataille a été perdue, parce qu’elle n’a pas été menée


20 février 2015

Chômage : la bataille a été perdue, parce qu’elle n’a pas été menée

Avec la publication des chiffres du chômage du mois de décembre, on mesure, une nouvelle fois, l’étendue du désastre social et humain qui frappe notre pays. Avec de tels chiffres pour l’année 2014, comment le gouvernement peut-il maintenir une politique aussi désastreuse ? Avec les nouveaux inscrits de décembre, on frôle aujourd’hui le seuil des 3,5 millions de chômeurs avec une explosion du nombre de personnes inscrites en catégorie B et C. Toutes catégories confondues, on enregistre une augmentation de plus de 49 000. Du jamais vu depuis l’été 2012. La durée moyenne d’inscription atteint une année et demi. La situation des jeunes, des seniors, des chômeurs de longue durée se dégrade encore. La radiation administrative est le motif de sortie de Pôle emploi qui progresse le plus.

La bataille de l’emploi a été perdue par F.Hollande et ses équipes gouvernementales. Depuis son élection, le pays compte 553.900 chômeurs de plus, avec un rythme d’un millier par jour sur la dernière période. Cette bataille a été perdue car elle n’a tout simplement pas été menée. Les armes ont été déposées au pied de la commission européenne et d ’A.Merkel, du patronat et des marchés financiers.

C’est cette réalité et son lot de souffrances, de privations et de désespérance qui nourrit le FN et les fractures dans notre société. Comment redonner de l’éclat aux belles valeurs républicaines avec, mois après mois, une telle saignée. Comment proposer d’une main un débat national sur le vivre ensemble, l’avenir des quartiers populaires, de la jeunesse, et, de l’autre, ne rien changer à une politique en échec total sur l’une des urgences pour reconstruire une espérance collective, permettre à de millions de gens, et avec eux leur famille, de vivre, de se sentir considérer, de retrouver confiance en eux.

F.Hollande et Manuel Valls doivent rendre des comptes. Dans un moment où le peuple grec vient d’ouvrir la brèche, les forces de gauche anti libérales ne peuvent plus attendre pour engager l’offensive politique porteuse de solutions en France et en Europe.