COMMUNIQUE DE PRESSE


30 mars 2015

Caen le 29 mars 2015

Le Parti communiste a tout fait pour empêcher les gains de la droite et de l’extrême droite. Au premier tour, en rassemblant partout pour des choix de gauche avec les candidats du Front de gauche et souvent d’autres forces, totalisant 10.99% des voix dans le Calvados. Au second tour, en mobilisant partout dans la clarté pour faire barrage à la droite et à l’extrême-droite.

Les électrices et les électeurs expriment une nouvelle fois leur rejet de la politique du gouvernement, et de son absence de résultat. La responsabilité de François Hollande et de Manuel Valls est grande dans le retour aux affaires de la droite dans une majorité de départements.

Continuer à rester sourd à ce qui sonne clairement comme un appel à un changement de cap politique serait engager la France dans le scenario du pire.

La majorité départementale de droite renouvelée va accentuer ses attaques contre les politiques publiques. Nous appelons à la vigilance, à l’unité et à l’action commune pour la défense des services publics et des choix politiques de solidarité.

Au lendemain, de ce scrutin, rien n’est plus urgent que de construire dans les luttes, dans l’action quotidienne et la solidarité concrète, dans le débat politique, une réponse politique neuve, clairement citoyenne et populaire, clairement à gauche.

Nous appelons toutes les forces citoyennes, politiques et sociales disponibles à la construction d’un mouvement de gauche alternatif ample et populaire, à vocation majoritaire pour ouvrir à nouveau l’espoir.

Communistes et autres composantes du Front de gauche, écologistes, socialistes refusant l’impasse actuelle, militants de Nouvelle Donne, citoyens, syndicalistes, militants de toutes causes… doivent converger pour construire ce nouvel espoir.

Des convergences se sont affirmées à de nombreuses reprises au cours des derniers mois. Elles se mettent en œuvre dans les premières réunions des Chantiers d’espoir le 11 avril dans le Calvados à Hérouville, et partout en France. Le retour de la loi Macron au Sénat à partir du 7 avril et la mobilisation intersyndicale et interprofessionnelle, le 9, donneront l’occasion de s’affirmer avec plus de force encore.

Jean Lebon secrétaire départemental du PCF