COMMUNIQUE DE PRESSE

Démission du gouvernement : C’est l’occasion de changer de politique. C’est une urgence pour les Français. C’est une urgence pour le Calvados pour la Normandie.


3 septembre 2014

Télécharger

les politiques d’austérité menées en France depuis 6 ans ont conduit la France et les principaux pays de l’Union Européenne dans le mur, avec des taux de chômage record et une croissance zéro ou proche de zéro. De plus en plus de voix s’élèvent à gauche pour exiger une nouvelle politique avec une relance du pouvoir d’achat et un soutien à la consommation pour redonner de l’activité à nos entreprises. Le Calvados est dans une situation de plus en plus intenable, avec plus de 52 000 demandeurs d’emploi.

Nos collectivités, qui doivent elles aussi participer à l’effort national, ont de plus en plus de mal à répondre aux besoins des habitants. Notre industrie souffre de la faiblesse es commandes et de la concurrence déloyale instaurée en Europe.

En 2012, lors des élections présidentielles et législatives, les électeurs du Calvados ont voté majoritairement contre la politique de droite de Nicolas Sarkozy et pour une politique de progrès et de justice. Notre population espère encore qu’une telle politique soit enfin menée dans notre pays. Pour notre région, c’est une urgence.

L’État doit prendre ses responsabilités par rapports aux énormes retards accumulés en matière de santé, d’éducation, de formation, de logement, d’infrastructures et payer ses dettes à l’égard de notre population, via nos Conseils généraux et régionaux.

Inverser la courbe du chômage, c’est possible et urgent pour notre département, pour la France, en soutenant notre industrie, nos PME, la recherche, et en lançant un plan d’investissement avec nos collectivités, nos communes au lieu de les asphyxier.

François Hollande a été élu par une majorité de gauche pour faire une politique de gauche et qu’il ne la fait pas.

En matière sociétale, c’est le profil bas ou le renoncement quand ce n’est pas, en matière d’immigration, la reprise pure et simple du sarkozysme. Au plan extérieur, au-delà même de l’atlantisme, la déception est allée jusqu’à l’écœurement à propos de Gaza. En Europe, son combat semble se réduire à une lutte des places.

L’exigence d’un changement de cap grandit, y compris au sein du PS lui-même. Ce devrait être pour toute la gauche la grande affaire de la rentrée. Les forces politiques, sociales et citoyennes existent pour soutenir un tel mouvement. Il y a le Front de gauche bien sûr, mais également toutes celles aujourd’hui encore trop éparpillées mais nombreuses dans notre pays et dans toute la gauche. Ensemble, convergeons pour construire des solutions de gauche. Et vite ! C’est maintenant que la France et notre peuple en ont besoin ! A toutes et tous, nous disons : « Ouvrons le dialogue, le chantier commun ». Et agissons ensemble sans tarder. Il est temps, grand temps que se lève un Front populaire, un Front large, un Front du peuple.

Jean Lebon Secrétaire départemental