CADEAUX SCANDALEUX

A la veille des fêtes de fin d’année, le groupe VALEO, à l’image de Renault Trucks et PSA, entend faire des cadeaux somptueux aux actionnaires. Pour financer ces cadeaux, le groupe va licencier des milliers de salariés, notamment dans notre région.


22 décembre 2008

CADEAUX SCANDALEUX

À la veille des fêtes de fin d’année, le groupe VALEO, à l’image de Renault Trucks et PSA, entend faire des cadeaux somptueux aux actionnaires.

Pour financer ces cadeaux, le groupe va licencier des milliers de salariés, notamment dans notre région.

Les constructeurs automobiles comme les équipementiers profitent de la « crise financière » pour restructurer, licencier et délocaliser des pans entiers de notre industrie, de la recherche…

La direction de VALEO passe sous silence les profits exorbitants réalisés ces derniers mois la rémunération des actionnaires a bénéficié d’une augmentation de 241%. Elle ne mentionne pas non plus comment elle utilise les aides publiques reçues : 400 millions d’euros de l’Etat français et 40 milliards d’euros de l’Union Européenne !

L’insatiable appétit de profits des actionnaires conduit les grands groupes de l’automobile à faire payer la facture aux salariés. C’est scandaleux.

C’est d’autant plus inacceptable que les conséquences de la crise et de la récession frappent déjà avec brutalité les salariés, précaires et chômeurs.

Le gouvernement apporte, à coup de milliards d’euros, des financements aux constructeurs et équipementiers automobile. Aucun contrôle de l’utilisation de ces fonds publics n’est réalisé, alors qu’au final, ce sont les contribuables qui vont payer la note.

Les mesures gouvernementales présentées comme visant à sauvegarder l’emploi ne servent en fait qu’à maintenir un taux de rentabilité élevé des capitaux des actionnaires.

Ces mesures s’inspirent des vieilles recettes du capitalisme : bas salaires, exonération fiscales des entreprises, aggravation de la précarité, pressions accrues sur les chômeurs, travailler plus pour gagner moins, travail le dimanche…

Ce sont justement ces recettes qui sont au cœur de la crise du système, et ce sont bien elles qu’il faut changer.

Il est urgent de construire un large rassemblement capable d’initier des réformes ambitieuses, permettant de mobiliser l’argent au service de la réponse aux besoins sociaux et humains et d’un nouveau type de développement.

C’est à la construction de ce rassemblement que les communistes appellent les salariés, la jeunesse, tous nos concitoyens.

Jean Lebon Secrétaire de la fédération du Calvados du PCF