Abandon de la taxation des revenus de cessions d'actifs : le gouvernement s'est fait pigeonner par le patronat


5 octobre 2012

Le soudain recul du gouvernement sur la taxation des revenus de cessions d’actifs est un signe fort de soumission adressé au patronat. Lorsque ses intérêts sont touchés, le patronat montre les dents et le gouvernement plie. Il aura suffit que quelques personnalités du monde de l’entreprise inondent les médias de leurs angoisses fiscales pour que le gouvernement lâche sur une des seules mesures du projet de loi de finance pour 2013 qui s’attaque aux revenus du capital. Le gouvernement s’est fait pigeonner par le patronat. C’est désolant, d’autant que l’on n’a pas vu le gouvernement agir avec la même sollicitude à l’égard des salariés de Sodimédical, de PSA ou de Doux !

Le patronat ne fera pleurer personne sur le sort de ces "investisseurs", dont la plus grande partie utilise un système fiscal particulièrement avantageux pour "optimiser" à la baisse leurs devoirs fiscaux à l’égard du pays en spéculant à la revente sur les actifs des entreprises qui marchent. Cet abandon en rase campagne illustre les insuffisances d’une politique gouvernementale crispée par la rigueur budgétaire et fiscale, qui refuse d’aborder de front la question de la relance économique par l’investissement, notamment public, et du rôle des banques et du crédit comme levier pour y parvenir.

Par Olivier Dartigolles, le 05 octobre 2012