4 OCTOBRE DEBAT PUBLIC

Appel à participer au débat public du 4 octobre Salle de quartier de Vaucelles (près de l’église). 20 h 30

CRISE FINANCIÈRE ! QUI DOIT PAYER ?


29 septembre 2011

Vous êtes nombreux à être en colère. Spéculateurs, banques, marchés financiers, aidés par une politique à leur service exclusif, ont plongé notre économie dans une grave crise. Et on vous fait payer la note aujourd’hui parce qu’il faudrait encore « les rassurer » ! Beaucoup d’entre vous sont résolus à en finir avec le système Sarkozy, et ses collusions avec le monde de la finance. Et il le faut !

Mais beaucoup aussi sont inquiets face à l’avenir et s’interrogent : peut-on gagner les véritables changements auxquels nous aspirons ? A la veille de l’élection du Président de la République et d’une nouvelle majorité au parlement, c’est encore au peuple qui souffre à qui l’on demanderait d’être « raisonnable ».

Mais qui mobilise des milliards en direction des banques et des grands groupes sans exiger aucune contrepartie ? Qui fait les poches de l’Etat, des collectivités et des familles pour remplir celles des plus fortunés ? La raison commande au contraire de s’attaquer pour de bon à cette logique et de mettre en œuvre des choix vraiment nouveaux, des choix justes et efficaces.

C’est ce que revendique la communauté éducative mobilisée pour défendre l’école qui n’est pas un coût, à réduire, mais un investissement pour le futur. C’est ce que diront les salariés lors de la journée d’action du 11 octobre, contre les mesures, d’austérité. Des salariés mieux payés consommeraient davantage, ce qui relancerait l’économie, et la retraite à 60 ans permettraient l’embauche de jeunes. C’est ce que crient les jeunes « indignés » qui veulent légitimement qu’avenir soit synonyme de progrès. C’est ce qu’écrivent de plus en plus d’économistes qui proposent d’investir pour moderniser les services publics, développer les infrastructures nécessaires à notre développement, reconquérir la puissance industrielle de la France... plutôt que d’asphyxier un peu plus notre économie.

Oui, en France comme en Europe, de plus en plus nombreux, sont celles et ceux qui résistent et portent des propositions permettant de changer vraiment. Peut-être ont-ils parfois le sentiment de ne pouvoir compter que sur eux-mêmes ...

Eh bien les militants et les élus communistes, les forces du Front de Gauche en sont. A vos côtés dans les luttes et les mobilisations, nous misons sur l’intelligence et l’énergie citoyenne, nous défendons avec détermination des mesures sociales, économiques, fiscales, dans toutes les institutions. Nous sommes déterminés à contribuer à un large front, à gauche, à aider à la mobilisation des forces sociales et populaires nécessaires pour reprendre la main sur les marchés financiers et imposer une politique qui place l’Humain d’abord.

Jean Lebon Secrétaire Départemental du Calvados du Parti Communiste Français