16 OCTOBRE Jounée d'action pour la santé. "Prendre l'argent ailleurs que dans la poche des salarié-e-s, des retraité-e-s, des familles !"

"GLOBULE ROUGE" N° de Septembre

Revue de la commission santé du PCF


Les articles de ce numéro à lire en ligne : ICI http://sante.pcf.fr/59788

Articles dans le journal l’ Humanité : à lire ici

Pour info en pièce jointe tract de la CGT

Après les annonces honteuses du gouvernement qui taxent les familles, d’autres solutions existent pour sauver la sécurité sociale.

Le président vient de déclarer : « Il n’y a pas de plan d’économie qui soit indolore ». Il a totalement raison ! Mais pourquoi est-ce toujours les mêmes qui doivent trinquer ? Pourquoi est-ce toujours sur les familles, les classes moyennes et populaires à qui les efforts sont demandés : réduction du congé parental, diminution de la prime de naissance, baisse de remboursement de médicaments ? Au nom du libéralisme et de son plan de plus de 21 milliards d’économie ponctionnés sur la protection sociale, le gouvernement casse minutieusement les acquis sociaux, la solidarité nationale. Au nom de son entêtement, et de ses perpétuels reniements, il met en grande difficulté les femmes, notamment les mères isolées, les jeunes couples, les familles.

Ce gouvernement fait le choix de traiter la famille comme des nantis alors qu’il multiplie les cadeaux au patronat et aux grandes fortunes. Il n’hésite pas, avec son Premier ministre, à remettre en cause le droit des femmes et de remettre en cause l’égalité femme/homme. La diminution des prestations sociales atteint donc les couples où les deux personnes travaillent, des femmes seules. L’égalité femme/homme passe par l’augmentation du salaire des femmes tout de suite. Ce gouvernement fait le choix de diminuer les congés parentaux ! Il sait pourtant que 96 % des congés parentaux sont pris par les femmes, parce que simplement c’est souvent l’homme qui a le plus grand salaire dans un couple. L’égalité femmes/hommes passe par l’augmentation des salaires des femmes.

Le gouvernement annonce la modification de la prime de naissance. Son montant est de 923 euros par enfant aujourd’hui, qui est réinjecté immédiatement dans l’économie réelle. Le gouvernement souhaite la diviser par trois à partir du deuxième enfant. C’est une absurdité, et une méconnaissance grave de la vie des familles. Privées de cette ressource les familles, cela risque de se traduire par une augmentation des difficultés pour elles.

Le gouvernement annonce l’augmentation de la GCS sur les retraité-e-s. Ce sont plus de 460 000 retraité-e-s qui verront le taux de CGS doublé. Les communistes proposent bien d’autres mesures pour sauver la sécu ! Il est urgent de renoncer à cette politique dévastatrice pour l’avenir de la France, pour l’industrie nationale, pour la démographie. Une autre politique en mettant en place un plan d’urgence de redressement national, est indispensable. Par exemple, le rapport de la cour des comptes sur la sécurité sociale révèle qu’il y a entre 20,1 à 24,9 milliards d’euros de fraude aux cotisations par les patrons qui ne paient pas ce qu’ils devraient payer aux organismes sociaux. Pourquoi alors ne pas annoncer le renforcement de la lutte contre la fraude patronale en donnant les moyens humains et financiers aux organismes qui y sont chargés en utilisant les dispositifs de la loi quitte à la renforcer si nécessaire. La fraude organisée dépasse le montant du trou de la sécurité sociale, ce serait une mesure de progrès social que de faire respecter la loi.

Dans l’attente d’une vraie justice fiscale, il est possible de mettre à contribution les énormes revenus financiers à hauteur des salaires, cela dégagerait plus de 70 milliards pour la protection sociale. Il est socialement utile de mettre fin aux exonérations de cotisations.